La gemmothérapie ou miser sur les bourgeons pour préserver sa santé

Partager c'est aimer

La nature recèle de trésors qui nous permettent de prendre soin de notre corps. Comme exemples, nous pouvons citer les huiles essentielles, les plantes ou encore la gemmothérapie ou thérapie par les bourgeons. Pour commencer, et si on vous expliquait en quoi consiste cette médecine alternative qui prend de plus en plus de l’ampleur. Comment fonctionne t-elle ? Quel est le mode d’utilisation ? Quelles sont les contre-indications ? Nous vous apportons les réponses dans notre article !

La gemmothérapie, la médecine qui repose sur les bourgeons

Avant tout, le terme ”Gemmothérapie” vient du mot latin ”Gemmae ” qui signifie bourgeon et pierre précieuse. C’est une branche récente de la phytothérapie. Elle se base sur les tissus embryonnaires, en pleine croissance, tirés des plantes, arbustes et arbres (jeunes pousses, radicelles, bourgeons) pour soulager certaines pathologies.

Selon les adeptes de cette médecine naturelle, les bourgeons contiendraient plus d’agents actifs comme les vitamines, les minéraux, les acides aminés, les oligo-éléments que les plantes. En plus, ils possèdent des propriétés de régénération propres à leur état embryonnaire. Ce qui élargit leur champ d’action et leur confère des vertus thérapeutiques supérieures à celles de certains produits naturels.

S'appuyer sur la gemmothérapie pour protéger sa santé

Prenez l’exemple du bourgeon de tilleul qui combine à la fois les vertus calmantes issues de la fleur de l’arbre et les vertus diurétiques et dépuratives provenant de l’aubier, la partie tendre et blanchâtre, qui se forme entre l’écorce et le bois.

C’est par ailleurs pour ces raisons que la gemmothérapie est souvent qualifiée de ”Phytothérapie globale”. Mais ce n’est pas toujours que le bourgeon possède toujours toutes les qualités de la plante. C’est le cas du bourgeon de la framboise qui n’est pas aussi enrichi en vitamine C que le fruit mûr.

Comment utiliser les bourgeons pour se soigner ?

Les bourgeons se consomment sous forme d’extraits liquides. Cueillis avant leur éclosion, on les met à macérer dans un mélange d’eau, de glycérine et d’alcool pendant une durée de 21 jours (Un tiers d’eau, un tiers de glycérine végétale et un tiers d’alcool à 40°). C’est une manière d’extraire les composants actifs de la plante comme ses enzymes, ses hormones, ses acides aminés, etc.

Au bout de ces 3 semaines, on filtre la mixture et on obtient ainsi une substance appelée ”Macérât-mère”, qu’on conserve dans un flacon opaque. Vous pouvez la consommer telle quelle ou la diluer dans une petite quantité d’eau si vous la trouvez un peu trop chargée en alcool. La posologie dépend du bourgeon utilisé mais dans la plupart des cas, elle est de 5 à 15 gouttes par jour, en une seule dose ou trois fois par jour, en dehors des repas, pour un adulte.

On commence par 5 gouttes et on augmente progressivement d’une goutte chaque jour jusqu’à ce que les symptômes s’améliorent. Chez l’enfant de plus de 6 ans, 2 à 5 gouttes par jour suffisent. Le traitement dure 3 semaines, avec une semaine d’arrêt, à renouveler 3 à 4 fois de suite.

Les bourgeons sont commercialisés sous forme de macérât glycérinés dilués 10 fois par rapport au Macérât-mère. On les trouve dans le commerce, précisément en parapharmacie et pharmacie. Sur internet, on peut s’en procurer sur des sites comme sur sebio.be, https://www.biogemm.fr/, herbalgem.com, newpharma.be.

Quelques bourgeons à ajouter dans votre armoire à pharmacie !

Jusqu’ici, aucune étude scientifique n’a statué avec certitude l’efficacité des bourgeons sur la santé. Mais cela ne remet aucunement en cause leurs bienfaits.

La médecine des bourgeons est préventive, notez-le bien. Elle agit sur l’ensemble du corps. Autrement dit, on peut s’en servir aussi bien pour soulager une douleur passagère que pour se protéger ou régler un problème de fond comme un trouble du sommeil, une mauvaise circulation sanguine ou un trouble gastrique.

À elle seule, elle n’a pas d’action curative. C’est pourquoi on l’associe très souvent avec d’autres médecines douces. Petite présentation des bourgeons les plus utilisés !

Les bourgeons d’amandier et de tilleul

Ils permettraient de faire baisser les niveaux sanguins de triglycérides et fonctionneraient comme des anticoagulants, limitant ainsi les risques des maladies cardiovasculaires.

Le bourgeon de bouleau

On fait appel à lui pour nettoyer le foie et débarrasser l’organisme de ses impuretés comme l’excès de cholestérol et l’acide urique. Il est très souvent indiqué aux personnes souffrant de rétention d’eau et de la cellulite.

Le bourgeon de figuier

Il serait très efficace pour lutter contre les troubles de sommeil grâce à son action sur le système endocrinien. Le bourgeon de thym produirait également le même effet.

Le bourgeon de romarin

Il est très sollicité pour ses effets sur le système digestif. Il aide à réduire les ballonnements, les gaz intestinaux. En plus d’agir comme un aliment détox, il est fortement dosé en oligo-proanthocyanidines (OPC) et autres flavonoïdes, ce qui contribue à renforcer les défenses naturelles.

Le bourgeon de châtaignier

Il stimule l’organisme en le débarrassant de ses toxines mais constitue également un excellent remède contre les douleurs et les sensations de jambes lourdes.

Le bourgeon de framboisier

Il est indiqué en cas de règles douloureuses ou d’aménorrhée. Il régularise le système hormonal féminin. Quand les règles tardent à venir ou qu’elles sont irrégulières, c’est le bourgeon idéal.

Le bourgeon de cassis

On le recommande particulièrement aux individus ayant très souvent des maladies saisonnières comme la grippe. Anti-inflammatoire et antioxydant, il fortifie les défenses naturelles et permet à l’organisme de mieux résister aux attaques bactériennes.

Le bourgeon d’airelle

Ses propriétés phyto-œstrogéniques en font un excellent remède pour compenser les carences hormonales dues à la ménopause s’ils sont associés avec le bourgeon de framboisier.

Vous devez aussi savoir que les bourgeons ont peu d’effets sur les symptômes déjà très avancés, quelle que soit la pathologie.

Des infos pratiques

En gemmothérapie, on part du principe que le bourgeon possède, à lui seul, tout le potentiel de la future plante. Il contient une diversité de composants actifs, largement supérieure à celles des parties de la plante prises isolément. Et il serait dommage de ne pas profiter de toute cette richesse.

Pour la petite histoire, l’utilisation des bourgeons était déjà d’actualité au Moyen-âge. À l’époque, on employait cette méthode pour confectionner des onguents ou fabriquer des sirops à usage pectoral. Un choix qui s’explique très bien quand on sait que les bourgeons d’une plante sont hyper concentrés en principes actifs.

Mais c’est dans le courant des années 1960 que le médecin belge Pol Henry (1918-1988), s’inspirant de ses découvertes sur les cellules embryonnaires d’origine animale, développe cette discipline et lui donne le nom de phytembryothérapie. Ce n’est que durant les années 1970 que le terme fut rebaptisé en gemmothérapie par l’homéopathe Max Tétau.

Bien qu’ils soient dépourvus de toute substance nocive pour la santé, les bourgeons peuvent être contre-indiqués dans certains cas comme la prise de médicaments anticoagulants.

Si vous souffrez d’un problème cardiaque ou d’hypertension, renseignez-vous bien avant d’en prendre car certains bourgeons ne vous correspondent pas. Chez la femme enceinte, il existe des précautions à prendre, surtout au début de la grossesse. Elle doit s’abstenir de tout bourgeon à caractère hormonal avant d’avoir consulté au préalable un médecin.

D’une façon générale, il n’y a pas de contre-indication particulière et les effets secondaires sont très minimes. Rien ne nous empêche de tester cette méthode !

Dernière mise à jour le 10/10/2021


Partager c'est aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *